09 août 2005

Quels rapports existe t'il entre les pensées et l'automutilation?

Vous pouvez ne pas être conscient de cela, mais la plupart du temps vos pensées suivent un cycle lié au cheminement de l'automutilation.

Les pensées avant l'automutilation

Il se passe beaucoup de choses dans vos pensées avant que vous ne vous fassiez mal. Vous avez probablement conscience de certaines de ces pensées comme : le moyen que vous allez utiliser, où vous allez le faire ou bien même, de vous demander si finalement, vous allez vous faire mal. Cependant, vous avez sûrement beaucoup d'autres pensées dont vous n'êtes peut-être pas conscient. Ces pensées sont souvent les premières sources de motivation pour vous faire mal. Par conséquent si vous souhaitez modifier vos comportements vous devrez identifier et comprendre vos pensées avant de vous mutiler.
Les pensées que vous pouvez avoir avant de vous faire mal :
- Je me déteste
- Je suis si laid
- Je déteste tout le monde
- Je veux que quelqu'un prenne soin de moi
- La vie est ennuyeuse
- Je suis stupide
Parfois, vos pensées surviennent suite à des événements identifiables. Par exemple, vous avez eu de mauvais résultats scolaires et vous pensez que vous êtes un mauvais étudiant. Mais à d'autres moments, vos pensées ne vont pas être aussi simples à identifier et seront plus compliquées. Par exemple, vous pouvez penser que vous êtes stupide ou laid sans être capable de dire ni où ni comment vous avez eu l'idée de ces pensées.
L'origine de ces pensées est pour la plupart d'origine négative. Avant que vous ne vous automutiliez, vous pensiez probablement à vous-même et au monde de manière pessimiste. Ces pensées négatives sont celles qui engendrent votre désir de vous faire du mal.
Certaines personnes utilisent l'automutilation pour contrôler leurs pensées (et leurs émotions) négatives. Lorsqu'il vous arrive d'avoir des pensées négatives et destructrices, vous avez probablement envie que cela s'arrête. L'automutilation est un acte sur lequel vous pouvez vous focaliser. Au lieu de penser "je suis nul", vous pensez "je vais me faire mal". Et une fois que vous commencez à vous concentrer sur le fait que vous aller vous faire mal, vous mettez de coté les pensées à l'origine de votre désir de vous automutiler. Bien que, l'automutilation soit une méthode qui peut vous aider à contrôler vos pensées et à évacuer les pensées négatives, il y a d'autres options.

Les pensées pendant l'automutilation

Comme cela a été mentionné précédemment, beaucoup de personnes entrent en dissociation avant de se faire mal. Dans cet état, elles peuvent se sentir détachées d'elles-mêmes ou bien comme si elles flottaient, et même comme si elles se regardaient elles-mêmes. Un des rôles de la dissociation est de rendre le corps insensible à la douleur. Et c'est pourquoi vous ne ressentez plus beaucoup de douleur lorsque vous vous faites mal. La dissociation peut être utile en un sens et avoir des effets négatifs dans l'autre. Cela peut vous rendre très difficile d'être conscient de ce que vous pensez exactement lorsque vous passez à l'acte. Mais c'est également à ce moment, que vos pensées sont les plus irrationnelles et destructrices.
Les pensées que vous pouvez avoir juste avant de vous blesser ou bien pendant l'acte :
* J'ai besoin de me faire mal
* Juste encore une (coupure, brûlure, etc.) et cela ira
* C'est la seule manière pour que je me sente mieux.
Chacune de ces pensées est illogique, mais au moment où vous vous blessez elle semble véritablement avoir un sens.

Les pensées après l'automutilation

Après s'être blessé, beaucoup de personnes disent qu'elles sont incapables de rassembler leurs pensées. Pour beaucoup d'entre elles, le processus physiologique associé à l'automutilation conduit leurs pensées à être désorganisées et éparpillées. Mais, un petit moment après s'être blessées, elles deviennent à nouveau conscientes de leurs pensées. Leurs pensées à cet instant suivent en général trois thèmes principaux : honte, culpabilité et soulagement.
* Je ne peux pas croire que je me suis fait ça (coupure, brûlure, etc.) à nouveau
* Je suis si stupide et faible pour me blesser moi-même.
* Je ne vais le dire à personne, ils ne comprendraient pas
* Lorsque je me fais mal, je me sens mieux.
Il est difficile d'échapper à ces pensées de culpabilité et de honte, mais elles sont négatives. Et ce sont probablement des pensées et des sentiments négatifs qui font partie des raisons pour lesquelles vous vous blessez. Le fait de vous laissez aller à ces pensées, risque de vous conduire à vous blesser à nouveau. Vous devriez plutôt essayer d'arrêter ou bien de penser à autre chose.

Posté par valentinee à 03:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Quels rapports existe t'il entre les pensées et l'automutilation?

Nouveau commentaire